Plateformes du patrimoine : vers l’ouverture des données.

Journée d’étude du 7 avril 2022

Université de Lille, Lilliad Learning Center Innovation – Amphi A, Campus cité scientifique Avenue Henri Poincaré – BP30155 – 59655 Villeneuve d’Ascq cedex

Accès gratuit sur inscription préalable (lien à venir)

Programme 

9h :

Introduction de la journée et modération de la matinée, Bernard Jacquemin, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, laboratoire GERiiCO, université de Lille

9h30-10h20 :

Le Graphe Culture : vers un graphe de connaissances pour les données de la Culture, Marie-Véronique Leroi, chargée de mission Sémantisation des données culturelles et projets européens, département du numérique pour la transformation des politiques culturelles et de l’administration des données, ministère de la culture

Le ministère de la culture s’est engagé depuis plusieurs années dans une stratégie de sémantisation des données culturelles. Cette stratégie a vocation à sensibiliser et former les acteurs culturels autour des enjeux des données culturelles et le potentiel de leur formalisation et leur interopérabilité sémantique. Cette intervention a pour objet de présenter cette démarche ainsi que le contexte politique et stratégique dans lequel elle s’inscrit. En effet, le ministère de la Culture s’est récemment dotée d’une feuille de route pour les données et contenus culturels qui a pour but de faciliter la circulation des données culturelles et accompagner la transformation numérique du secteur culturel.

10h20-11h10 :

L’ouverture des données publiques et le portail data.gouv.fr, Mario Restuccia, chargé de mission Open Data, Etalab, Direction interministérielle du numérique (DINUM)

La politique de la donnée en France prévoit l’ouverture des données par défaut et un droit très large à la réutilisation des données publiques. Elle a connu plusieurs évolutions dont la Loi pour une République numérique en 2016 et l’élaboration de feuilles de route ministérielles en 2021.

data.gouv.fr est la plateforme ouverte des données publiques françaises. Créée en 2011, c’est une plateforme ouverte et communautaire sur laquelle tout le monde a la possibilité de publier.

Une politique de la donnée ambitieuse et une plateforme d’open data en amélioration continue ont contribué à faire de la France le premier pays en matière de données ouvertes en Europe. Quelles seront nos prochaines étapes ?

11h10-11h30 : pause

11h30-12h20 :

Accès, exploitation et réutilisation des données patrimoniales de la BnF, Arnaud Laborderie, chef de projet Gallica chargé de l’exploitation des données pour la recherche

Les collections numériques de la BnF représentent une masse considérable de données (plus de six pétaoctets), d’une grande diversité, tant par leur forme que par leur contenu : documents numérisés dans Gallica et Gallica intramuros, métadonnées descriptives, jeux vidéo, CD et DVD, ou documents nés numériques comme les archives du web, les logs de connexion, etc. L’augmentation exponentielle de ces ressources a ouvert de nouvelles pistes de recherche et fait émerger des problématiques d’exploitation des données par les chercheurs. À la BnF, la question de l’ouverture et l’accès aux données, centrale pour le monde de la recherche, est complexe car elle dépend du type de données et du cadre juridique dans lequel celles-ci s’inscrivent. Quelle est la singularité des données patrimoniales de la BnF ? Quelles en sont les modalités d’accès, d’exploitation et de réutilisation ? Quels services et outils la BnF met-elle à disposition des chercheurs dans son DataLab pour développer les usages sur ses collections numériques ?

12h20-14h : Pause déjeuner

Modération de l’après-midi : Stéphane Chaudiron, professeur en sciences de l’information et de la communication, laboratoire GERiiCO, université de Lille

14h-14h45 :

Ouverture et utilisation des données publiques de la MEL, Jérôme Van Oost, chargé de mission open data et SPMD, Métropole européenne de Lille

La Métropole Européenne de Lille ouvre ses données publiques ? Mais c’est quoi la MEL ? Et c’est quoi les données publiques ? Pour qui sont-elles ouvertes ? Ça sert à quoi ?

14h45-15h30 :

Archéologie et opendata : la nouvelle carte archéologique de Paris et le consortium Paris Time Machine, Julien Avinain, chef du pôle Archéologie, Direction des Affaires Culturelles, Département Histoire de l’Architecture et Archéologie de Paris

Depuis 2015, le pôle archéologique de la ville de Paris pilote un projet ambitieux de constitution d’un corpus de l’archéologie parisienne. Ce projet a entrainé la numérisation des données aussi bien anciennes, en particulier celle du fonds d’archives de Théodore Vacquer, que récentes, générées aujourd’hui par l’archéologie préventive. Depuis 2019, ce projet bénéficie de la collaboration avec le consortium de la TGIR Huma-Num Paris Time Machine qui a permis une ouverture des données et un enrichissement des problématiques scientifiques. C’est sur cette démarche d’ouverture que nous reviendrons en évoquant notamment la mise en place en 2021 d’une plateforme opendata pour les données cartographiques, la Fabrique Numérique du Passé.

15h30-15h45

Pause

15h45-16h30

Du scientifique au patrimonial, les outils proposés par Huma-Num pour publier, disséminer et préserver les données de la recherche, Michel Jacobson, co-responsable du pôle Données et coordination de l’accompagnement utilisateur à l’IR Huma-Num

L’objectif principal d’une infrastructure comme Huma-Num n’est pas le traitement de données patrimoniales mais le soutien à la recherche en sciences humaines et sociales en général. Cependant, les données utilisées pour la recherche peuvent avoir nativement, ou même acquérir pendant le processus de recherche, une dimension patrimoniale qui nécessite de mettre à disposition des outils adaptés.

16h30-17h15

Conception d’une plateforme open data & hybridation organisationnelle : le projet OpenSensingcity, Valérie Larroche, maîtresse de conférences à l’ENSSIB

OpenSensingCity est un projet pluridisciplinaire (chercheurs en informatique de l’Ecole des mines de Saint-Etienne, chercheurs SIC Elico, Société Antidot, société Hikob devenue Séquanta). Le projet sera présenté en soulignant plus particulièrement la partie réalisée par les chercheurs en SIC  (Entretiens avec des réutilisateurs professionnels, participation et organisation des expérimentations). Nous discuterons notamment lors de cette intervention des difficultés rencontrées lorsque la technologie est imposée (ici le web sémantique) avant la prise en compte des attentes des réutilisateurs. Nous discuterons aussi des hybridations organisationnelles créées dans les projets interdisciplinaires et de la conception des data visualisations sur lesquelles nous réfléchissons en ce moment dans le domaine des publications littéraires crossmedia.

Dymytrova, Valentyna, Isabelle Hare, Valérie Larroche, Françoise Paquienséguy, et Marie-France Peyrelong. Données urbaines et smart cities Entre représentations et pratiques professionnelles. Ère numérique – Lab. ELICO. France, Éditions des archives contemporaines, 2020.
https://www.archivescontemporaines.com/collections/43

Larroche, Valérie, et Valentyna Dymytrova, « Les dynamiques d’hybridité au sein d’un projet multipartenaire ». Recherches En Communication 47 (26 novembre 2018): 45‑70. https://doi.org/10.14428/rec.v47i47.45533.

Conclusion de la journée

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 19/03/2022

    […] 7 avril : Plateformes du patrimoine : vers l’ouverture des données. […]

  2. 27/03/2022

    […] Page de l'événement […]

  3. 06/04/2022

    […] Programme prévisionnel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search